… retour d’elle …

 

C’était le temps d’un été

Un été chaud

Une saison comme je l’aime

Un petit peu de temps suspendu

Et au bout de mes doigts

Quelques notes de silence accrochées

Sur le bord de mes lèvres

Quelques pensées muettes déposées

Et bercée par le temps de vivre

Je me suis tue

Maintenant un charivari de mots désordonnés s’impatiente

Il faut que je pense à les ranger

Il faut que je pense à vous écrire …

 

 

 

… je vais revenir vous lire aussi …